Vous recherchez ceci?
Menu du site d'Aster sur le dessin de presse
Présentation de l'auteur Dessins pour la communication d'entreprise Caricatures de presse, signées Aster Dessins d'humour, pour les revues et  les magazines Animation de congrès, de meetings, de workshops et d'émissions par des dessins en direct ou sur le vif Logos, pictogrammes et mascottes pour la communication d'entreprise Illustrations publicitaires et promotionnelles
Alors cliquez sur les bulles ou rendez-vous sur
dessindepresse.com et cartoonevent.com
où vous accueille
l'auteur de ces pages...

Le dessin et la caricature dans la presse
Au travers d'une étude du rôle social et de la fonction journalistique des dessinateurs dans la presse quotidienne nationale
en Communauté française de Belgique.


Mémoire
de fin d'étude
de Jean-Philippe Legrand, alias dessinateur Aster
, présenté en vue de l'obtention du
grade de Licencié en Information et Communication présenté à l'Université de Liège en 1998


Historique de la caricature
La profession de dessinateur
Les dessinateurs dans la presse belge
Utilité et fonction
Page d'accueil et contacts



Partie II : Profession : dessinateur de presse

Chapitre I. A LA RENCONTRE DE NOS CARICATURISTES

Préambule

Du "fou du roi", trop connu pour être référencé, au plus éloquent "chevau-léger de la presse"(1) , en passant par "faiseur-de-petits-dessins-pour-boucher-les-trous "(2), les expressions désignant le dessinateur de presse ne se comptent plus. Et lorsque journalistes, spécialistes en la matière, préfaciers de recueils - et même étudiants - se livrent à l'analyse des caricatures ou de leurs auteurs, l'on est surpris par le délire rhétorique - plutôt plaisant et non dépourvu de clichés - que leur inspire ce thème et que seul un "effet de mimétisme" semble expliquer. Ainsi, il ne serait pas possible de parler sérieusement de l'humoriste, d'éviter la démesure lorsqu'on dépeint l'Artiste, perçu comme libre et engagé, de contourner les lieux communs en traitant du caricaturiste, ce grand consommateur de stéréotypes? Ou bien est-ce l'ambiguïté de cette profession aux multiples facettes, autant d'écheveaux à démêler, qui suscite tant de verve et tant de subjectivité?

Après lecture d'un ouvrage ou d'un article, que sait-on de ces indispensables, inénarrables, impayables dessinateurs de presse? Et bien qu'ils "sèment, jour après jour, leur poil à gratter dans une actualité souvent austère. Ils percent les baudruches surgonflées (…) grâce à leur coup de crayon assassin, ils empêchent le lecteur de s'endormir sur des idées prémâchées"(3). Leur activité consiste à "glisser un grain de folie dans l'engrenage trop bien huilé, (…) trouver le défaut de la cuirasse, du gilet pare-critique, (…) démonter les mécanismes: faire tomber les voiles, les apparences, le discours lénifiant ou falsificateur qu'on dresse entre l'événement et le citoyen, éternel mineur sous tutelle".
Dans l'imagerie populaire, les dessinateurs de presse restent inlassablement des artistes: frêles et Pierrot-lunaires, un peu rebelles ou complètement anarchistes, ces "grands enfants trop vite grandis" (4) promènent leur collier de barbe et leur blouson de seconde main dans les rédactions dont ils sont les pitres attitrés. Les journalistes évoquent avec brio leur "humour caustique" tant redouté, leurs "flèches vitriolées" qu'ils décochent à tout vent, leurs "coups de scalpel" portés sans égard aux appartenances politiques, "leur trait dont l'acidité dissous les excès de démagogie",… Mais les auteurs finissent toujours par se rasséréner dans des constats plus humanisants: ces "petits diables qui jouent à saute-mouton avec l'actualité mondiale sont aussi sensibles que des cordes de violon"(5) et si l'humour est leur spécialité, il n'est encore que la "politesse de leur désespoir"…

Toutefois, journalistes, vulgarisateurs et organisateurs d'exposition ne sont pas les seuls à écrire la légende presque dorée de la profession dans un vocabulaire occultant la réalité. Les dessinateurs cultivent le même enthousiasme, contribuant ainsi à créer leur propre mythe. Soucieux de s'assurer l'identité la plus distinctive, , ils donnent le ton de l'humour et de l'originalité dans les multiples textes de présentation qui accompagnent parfois leurs dessins: "Gérard rêve de devenir rentier, mais n'a pas les outils"(6) ; "Doté d'ubiquité, P.K. a l'étrange faculté de faire plusieurs choses en même temps"( 7); "Pévé offre un million de dessins à qui parviendra à le prendre en flagrant délit de fou-rire"(8); "Franx forme avec quelques complices la C.C.C. (…) A l'heure où sont écrites ces lignes, Franx est toujours en liberté!"(9), etc. Les caricaturistes disposent donc d'un petit registre de traits insolites (reflétant leur humour, leur liberté, leur engagement) qui sont utilisés pour agrémenter les repères biographiques des articles, catalogues et recueils. De cette façon, ils brouillent quelque peu la limite entre la vérité pure et la mise en scène. Une habitude qui tend à se communiquer aux auteurs d'ouvrages sur le dessin de presse…

…D'où la nécessité de compléter nos lectures par la rencontre des dessinateurs, en chair et en os! Qui sont-ils? (chap.I) Quelles personnalités se dissimulent en fait sous ces masques dithyrambiques? Sont-ils des artistes devenus journalistes ou des journalistes s'étant découvert un don pour le dessin? Qu'en est-il de tous ces clichés: le dessinateur est autodidacte, marginal, indépendant, mais aussi isolé et triste,…? (chap.II) En quoi consiste concrètement cette profession, au jour le jour? (Chap. III) Bien entendu, nous n'allons pas pouvoir entrer dans les détails, puisque notre objectif reste bien de fournir un cadre pour la compréhension du rôle du dessinateur de presse. Autrement dit, par souci de synthèse, nous ne rapporterons pas tels quels les propos des dessinateurs (ou très peu par rapport à ce qui est habituellement pratiqué) et, hormis les illustrations, nous ne ferons pas référence à des dessins particuliers comme eux-mêmes se plaisent à le faire. Par ailleurs, nous nous efforcerons, autant que possible, d'éviter le discours métaphorique et trop élogieux habituellement tenu.


1)LABE, Yves-Marie, in Supplément Le Monde Spécial images de la caricature, Epinal du 25 mai au 13 juin, in Le Monde, ISSN O395-2037, 1988, p.1. Chevau-léger : Soldat d'un corps de cavalerie légère en France, du 16ème au 19ème s.
2) DAUBERT, Patrick et VASSEUR, Didier, Trimédia Spécial Dessin politique, in Trimédia, n°16-17, été-automne, éd. de l'Ecole Supérieure de Journalisme, Lille, 1982, p.3
p.34.
3) BREBANT, Frédéric, in 2ème festival international du dessin politique, du 17 décembre 1988 au 8 janvier 1989, Bruxelles, éd. Labor, 1988, p.9.
4) LABE Yves-Marie, in SIEGMANN, Tristan, Traits, portraits, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1991,p.8.
5) LABE, Yves-Marie, in SIEGMANN, op.cit., p.9
6) In Arlon a bonnes mines, exposition de dessins politiques, du 31 août au 26 septembre, imprimerie Everling, Arlon, 1991, p.16.
7) In Années folles, folles années, 12ème salon international du dessin de presse et de l'humour, 2-10 octobre, Saint-Just-le-Martel, 1993
8) In La bonne Année, éd. du Souverain, Bruxelles, 1991, p.9
9) In Les Belges dans la presse, du 15 avril au 27 mai, Auderghem, 1994.

©aster1998 Toute reproduction interdite. Disclaimer

Chapitre I. A LA RENCONTRE DE NOS CARICATURISTES

Ce chapitre est constitué de dix-sept courtes présentations des caricaturistes que nous avons rencontrés dans le cadre de notre travail. Pour chacun, nous stipulons sa spécialité (la présence de guillemets signifie qu'il s'agit d'une appellation donnée par le dessinateur lui-même au cours de l'entretien.) Voici la situation telle qu'elle était en 1998.

§1. Pour la presse quotidienne nationale:

Royer-Gérard-Clou

§2. Pour la presse nationale:

Hertug-Kroll-Saive-Pévé-Moto

§3. Pour la presse régionale quotidienne:

Serdu-Emilio-Sondron

§4. Pour la presse magazine hebdomadaire:

Vince-Cécile Bertrand-Vadot-Frank

§5. Pour la presse satirique:

du Bus-Jac Pé

 

LIENS


Mémoire sur la caricature de presse : frontispice


***